Catégories
Articles récents
AccueilActualitesCoup d’Etat militaire au Soudan

Coup d’Etat militaire au Soudan

Le général Al-Burhane.

Depuis un mois au Soudan, les désaccords entre militaires et dirigeants civils s’intensifient. Une collaboration hybride pour le partage du pouvoir était en place depuis août 2019, après le renversement de Omar el Béchir, Président de la République du Soudan depuis 1993. Depuis le 21 septembre dernier et la tentative ratée de putsch par les militaires, les tensions grandissaient jusqu’au coup d’état, ce lundi matin. 

Fiers d’avoir mis fin en mars 2019, à la dictature qui a duré plus de 30 ans, les soudanais étaient en pleine période de transition et prêts à mettre en place un système démocratique avec des élections libres. 

Ce lundi 25 octobre dans la matinée, l’Armée à procédé à l’arrestation du Premier ministre Abdallah Hamdok, son épouse, plusieurs autres ministres ainsi que les membres civils du Conseil de souveraineté, qui est le Chef de l’Etat collégial du Soudan pendant la période de transition. 

C’est le chef de l’armée soudanaise, le général Al-Burhane, qui a annoncé publiquement à la télévision la dissolution des institutions de transition et la mise en place d’un nouveau gouvernement en juillet 2023.

Les forces militaires ont également coupé le réseau internet dans tout le pays et pris d’assaut le siège de la radio et de la télévision d’Etat dans la ville de Omdourman. 

Suite à cela, la ville de Khartoum a subi une vague de violences intenses. Des milliers de manifestants sont allés protester en appelant à la “ grève générale “ et à la “ désobéissance civile “  mais se sont fait violemment réprimés. En effet, l’Armée n’a pas hésité à tirer sur les manifestants. 7 morts et 170 blessés seraient à déplorer, selon Le Monde. 

Les réactions internationales ne se sont pas fait attendre . L’aide de 700 millions de dollars allouée par les Etats-Unis a été suspendue. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, condamne le coup d’Etat militaire et appelle au respect de la charte constitutionnelle. Emmanuel Macron, dans un tweet ce lundi, “ condamne avec la plus grande fermeté le Coup d’État “. 

En réponse à ces accusations, Al Burhane s’est engagé à respecter les accords internationaux signés par le Soudan . 

En pleine crise économique avec des pénuries de nourriture, de carburant et de médicaments, le peuple soudanais espère ne pas revivre l’isolement et les années de dictature dont il a été, bien trop longtemps, victime.